Les Révoltés de l'an 2000

Un couple de touristes se rend sur la petite île fictive d’Almanzora. La tranquillité estivale qu’ils recherchent, loin des rivages exaltés, est bientôt perturbée par une bande d’enfants qui, étrangement, semblent constituer la totalité de la population.

Dans un labyrinthe aux allées immaculées et fantomatiques, blanchies par un soleil sans paupière, le couple bientôt traqué par les propriétaires désignés des lieux lutte pour sa survie.
Pour dernier film réalisé à destination du cinéma, Narciso Ibáñez Serrador place au premier rang la figure magistrale du film d’horreur, dont l’espièglerie n’a d’égale que la cruauté moqueuse : l’enfant.

Extrait de «Les Révoltés de l'an 2000»